Client account connection

SIte de Jean Louis Couturier

Afficher le site en français

Jacques DEVOGEL (1926-1995)

 

 

HOMMAGE A JACQUES DEVOGEL (1995)


En ce jour me revient le grand mais combien triste honneur de rendre, en quelques mots, un dernier hommage à notre ami, à mon ami Jacques DEVOGEL.

Né à Flers-les-Llle le 13 janvier 1926, Jacques DEVOGEL étudie le piano et la clarinette au Conservatoire de Roubaix.

Attiré par l'orchestre d'harmonie, il s'engage en 1945 dans la Musique de la 2ème Région Aérienne. Il poursuit alors ses études musicales à Paris, auprès des maîtres PERIER pour la clarinette, PECH, Jean et Noël GALLON pour l'écriture musicale.

A 24 ans, il est nommé, après concours, sous-chef de la Musique de la Garnison d'Alger, puis, en 1956, chef adjoint de la Musique de l'air, dont il devient le chef en 1970.

Dès son accession à la tête de cette grande formation, Jacques DEVOGEL, par d'éminentes qualités musicales, par un sens développé des relations humaines, par un renouveau du répertoire, donne un nouvel élan à ce prestigieux orchestre, attirant un auditoire toujours plus nombreux dans les concerts donnés en région parisienne et en province.

Ambassadrice de l'Armée de l'air, sa musique l'a été, tout particulièrement, sous son commandement, en remportant de grands succès hors de Fance (Yougoslavie, URSS, Allemagne, Belgique, Sénégal, Suisse).

Le talent artistique de Jacques DEVOGEL, le métier acquis à la direction de la Musique de l'air le désignent tout naturellement comme membre des jurys des concours de chefs et sous-chefs de musique, comme membre de la commission de la musique populaire, comme directeur artistique de festival nationaux et internationaux de musique militaire.

Pour la Musique de l'air, Jacques DEVOGEL arrange de nombreuses oeuvres de musique légère et compose pour l'orchestre d'harmonie des pièces récréatives, mettant en relief les solistes et les différents pupitres de l'orchestre, la plus jouée de ces pièces "Variations", étant le modèle du genre.

Pour la batterie-fanfare, enfant chéri de Jacques DEVOGEL, il crée un répertoire moderne dont les thèmes et les rythmes s'apparentent le plus souvent à la musique de danse ; par sa mélodie émouvante, par ses harmonies simples, par son rythme caractéristique, le succès du "Boléro militaire" a largement dépassé nos frontières.

Chevalier de la Légion d'honneur, Chevalier dans l'Ordre national du Mérite, Officier des Palmes Académiques, Officier des Arts et Lettres, titulaire de la médaille d'argent de Jeunesse et Sports, le lieutenant-colonel DEVOGEL, a quitté le service actif en 1981, après plus de 35 ans de service, dont 24 années de présence à la Musique de l'air.

En retraite, Jacques DEVOGEL se consacre plus complètement à la direction de l'Ecole municipale de musique de Montrouge, direction qu'il exerçait jusque là, parallèlement à celle de la Musique de l'air ; sous sa plume voient le jour de nombreuses oeuvres pour batterie-fanfare ainsi qu'une quantité importante de pièces destinées à l'enseignement musical ; il est le Président de la Confédération Française des Batteries-Fanfares pendant quelques années avant d'en devenir le Président d'Honneur ; il participe à de nombreux jurys et, depuis 1992, il avait bien voulu présider aux destinées de l'Association "Musiciens & Armées", prônant dans cette fonction, comme tout au long de sa vie, union et amitié entre les musiciens.

La brillante carrière de Jacques DEVOGEL à la tête de la Musique de l'air, comme le succès renconré dans toutes ses activités annexes, n'auraient pu se concevoir sans les conseils éclairés, sans les soins attentifs dont n'a cessé de l'entourer Madame DEVOGEL. Toujours présente dans les bons comme dans les moments difficiles, son épouse a été son soutien indéfectible, faisant preuve depuis le début de sa maladie d'un courage et d'un dévouement admirables.

Nous ne pouvons que nous inclier devant son immense douleur ; nous l'assurons de notre profonde et respectueuses sympathie et lui souhaitons de trouver la force et le courage nécessaires pour surmonter cette terrible épreuve.

Musicien au talent immense, hommede coeur, d'une grande modestie, d'un caractère enjoué, plein d'humour, ne se prenant jamais au sérieux, Jacques DEVOGEL a su s'attirer le respect, l'estime et l'amitié de la part de tous ceux qui ont eu la chance de le cotoyer.

Jacques DEVOGEL, notre ami, mon ami, la grande tristesse qui nous étreint aujourd'hui, doit être atténuée par la certitude que vous serez toujours très proche de nous par la pensée, par le souvenir de quelques moments inoubliables, par vos compositions qui continueront longtemps encore à enthousiasmer les musiciens et le public amateurs de musique populaire.

Jacques DEVOGEL, notre ami, mon ami, ce n'est qu'un au revoir...


Le 31 juillet 1995.

Jean-Michel BALLADA

ancien Chef adjoint de la Musique de l'air (1975-1980)

 


 

Plus qu'un chef, un ami vient de nous quitter.

Nous le pleurons, car pour chacun d'entre nous, il a été le camarade, le conseiller et le guide.

Toujours souriant, toujours aimable, Jacques DEVOGEL dégageait un certain bonheur de vivre. Hélas, le destin en a décidé autrement.

Qu'il me soit permis d'évoquer ce que fut notre collaboration estra-militaire.

Dès sa mutation à la Musique de l'air, en 1956, Jacques DEVOGEL découvrait avec étonnement et une certaine curiosité une batterie composée de clairons, prix de conservatoire, voire même prix de Genève, et un pupitre de tambours d'un niveau technique très avancé. Devant tant de moyens d'action, le "nouveau venu" peu impliqué jusqu'ici dans le genre batterie-fanfare, imagina, puis concrétisa en proposant un répertoire totalement nouveau qui fit école dans le milieu des formations d'amateurs.

Le modèle "Air" fut repris, tant par les ensembles militaires que civils.

Le lieutenant-colonel Jacques DEVOGEL a été le premier professionnel parvenu au plus haut degré dans sa spécialité à se pencher sur les besoins de sociétés populaires.

Le souvenir de l'ami de tous ne s'effacera pas de si tôt.

Que Madame DEVOGEL en soit assurée.


Robert GOUTE

Tambour-major de la Musique de l'air (1953 - 1970)

 


Un grand Monsieur nous a quittés.

Avec la disparition de Jacques DEVOGEL, les membres des sociétés populaires, perdent un pionnier, artisan de la création et de l'essor d'un genre nouveau et inattendu, qui a permi à de nombreux musiciens de pouvoir s'exprimer.

Nous sommes tristes, car avec lui, c'est un témoin privilégier et une partie de notre identité qui disparaît.

Musicien hors-pair, compositeur de talent, Jacques DEVOGEL avait acquis un solide bagage musical, notamment dans plusieurs classes du Conservatoire de Paris. C'est l'un des rares professionnels à s'être intéressé à ce genre un peu bizarre qu'est la batterie-fanfare. Nous sommes fiers qu'il ait été l'un des principaux acteurs de son évolution.

Le style de Jacques DEVOGEL est marqué par une originalité permanente. Sa musique tout entière ne fait référence à aucune autre école, et s'est toujourss démarquée des influences étrangères (son imposante production ne comporte délibérément que des titres en français). Jacques DEVOGEL a eu le talent de créer son propre style.

L'orchestre d'harmonie a été doté par lui d'un vaste répertoire original de musique récréative, que seul l'orchestre symphonique possédait depuis la fin de la seconde guerre mondiale (connaissant le caractère de l'homme, on ne pouvait concevoir qu'il ait pu composer une musique ennuyeuse !). C'est avec ce répertoire de divertissement léger, qui ne concède en rien à la facilité d'écriture, et dans lequel le compositeur honore les solistes et les différents pupitres de l'ochestre d'harmonie, que Jacques DEVOGEL a donné, avec "sa" Musique de l'air, des concerts aux instants inoubliables. Ces concerts étaient donnés à guichets fermés, tant l'affluence des mélomanes était nombreuse. L'on se souvient des concerts donnés en région parisienne, où il était coutume d'inventorier à proximité de la salle de concert, de nombreux cars de tourismes venus des quatre coins de France,transportant des générations de musiciens, le plus souvent issus des sociétés musicales populaires.

De ce vaste répertoire de musique légère, tous les titres sont des succès. Citons quelques exemples :

- "Suite humoristique", "Paris-Vienne", "Danse burlesque", "Dans des hyménoptères", "Sensation", "Premenade en coulisses", "Variations" ect...

A partir de 1978, au sommet de son art, Jacques DEVOGEL enregistra plusieurs programmes dédiés à l'orchestre d'harmonie, LP qui firent date :

- le premier est entièrement consacré à la musique de Leroy ANDERSON (1908 - 1975), grand "classique" de la musique légère américaine, pour lequel Jacques DEVOGEL avait une affection toute particulière ;

- le second enregistrement, dont le titre résume à lui seul l'esprit particulier que souhaitait communiquer Jacques DEVOGEL : "Divertissement", propose un programme de transcritpions d'oeuvres symphoniques du répertoire léger, principalement du XIX° Siècle, avec des compositeurs tels : J. Brahms, N. Paganini, J. Strauss, L. Delibes, G. Rossini, A. Ponchielli etc...

Cet enregistrement a été salué par la critique comme "Un modèle de divertissement noble et populaire".

Cet enregistrement permet également de saluer les talents de Jacques DEVOGEL, en tant qu'orchestrateur, puisque les nombreuses transcritpions qu'il a réalisé à l'intention de l'orchestre d'harmonie, sont toutes du plus bel effet, et resteront comme des modèles.

- le dernier enregistrement intitulé "Variétés" est consacré à la musique de Jacques DEVOGEL, où l'on découvre l'art, résumant les caractéristiques de l'homme et du compositeur : extrême sensibilité, professionalisme,  humour, joie de vivre...

En ce qui concerne le prolifique répertoire pour batterie-fanfare, la démarche de Jacques DEVOGEL est identique, mais plus difficile à réaliser, car contrainte par les limites techniques des instruments naturels. "Créer un poncif, c'est le génie" se plaisait à dire Maurice RAVEL. Le génie de Jacques DEVOGEL s'est traduit par la conception de fantaisies originales, tout à fait défendables musicalement, parfaitement construites, à l'aide de quelques notes (quatre au plus pour le thème du "Boléro militaire", dont le succès depuis sa composition en 1960, ne s'est jamais démenti en France et à l'étranger), et d'harmonies relativement simples. Pour ce genre qui s'avéra particulièrement populaire - peut-être à la surprise même de son principal artisan... - Jacques DEVOGEL composa beaucoup, allant de succès en succès : "Danse des Bouffons", "Looping", "Nouvelle vague", "Gallopade", "Troïka", "Menuet", "Messe", "Intro", "Chasse à Courre", "Fariboles" etc..., pour ne citer que quelques titres significatifs.

Directeur d'établissement musical, Jacques DEVOGEL a également contribué, chez divers éditeurs, à élargir le répertoire de plusieurs collections pédagogiques destinées à l'usage des élèves des conservatoires et écoles de musique. Ces pièces, comme son écriture en général, se caractérisent par la prédominance d'éléments thématiques généreux qui prévalent sur les difficultés techniques, souvent gratuites.

De l'avis de ses proches, et de ceux qui on eut le privilège de le cotoyer tout au long de sa carrière, puis lors de sa retraite, Jacques DEVOGEL surprenait par sa simplicité, son humour permanent, son esprit aiguisé, et sa courtoisie naturelle.

C'est le souvenir qu'il en restera pour nous, auquel s'ajoute la leçon de courage qu'il a donné, en luttant avec force contre une maladie redoutable, faisant sienne la devise de L'Ecole de l'Air, qu'il citait volontiers : "Faire Face".

La musique de Jacques DEVOGEL est pour nous tous l'élément privilégié nous permettant de le cotôyer à nouveau. Grâce à elle, nous n'oublierons pas l'homme qui a su si bien charmer nos oreilles et toucher nos coeurs.


Jean-Louis COUTURIER


 




 
Website hosted by Websailors - Legacy
Created with Shopsailors